119039276_2755374151362099_1380390293156693874_n1
Catégorie
Publié le 11 septembre 2020

Étude des microplastiques en mer Méditerranée

C’est à bord du voilier scientifique italien « le Bonita » que Séverine et Emmanuelle ont embarqué en cette troisième semaine d’août 2020. Objectif : contribuer au travail de l’association Expédition Med afin d’établir de nouveaux protocoles de filtration et d’analyses des microplastiques en mer Méditerranée. Si Séverine est coutumière du projet, c’était une première pour notre salariée Emmanuelle (qui a signé son CDI chez Watertrek le 1er aout, youpi) encore peu habituée à naviguer sous voile, et qui a ainsi pu faire la connaissance de Giulio Cesare Giua, le capitaine du Bonita, Bruno Dumontet le fondateur d’Expédition Med et Tosca Ballerini la coordinatrice scientifique.

A la différence des années précédentes, l’objectif principal de cette semaine en mer – seule et unique cette année pour cause de pandémie – était de tester et de préciser les protocoles qui seront ensuite utilisés sur les campagnes des années à venir. Évaluer les concentrations de microplastique en mer peut se faire de différentes manières – plus ou moins accessibles aux non-scientifiques – et tout l’enjeu de la science participative est de trouver le bon dosage entre précision et accessibilité.

Sur une zone prédéfinie, un filet manta calibré est mis à l’eau et tracté dans des conditions constantes pendant 30 minutes. Le contenu du collecteur qui est à son bout est ensuite vidé et filtré, les matières organiques (végétaux, plancton, et occasionnellement un hippocampe !) sont retirées. Le contenu restant était jusqu’ici envoyé en laboratoire pour une analyse très précise, et souvent couteuse. Désormais ces échantillons sont étudiés sur place, sur le bateau, et c’est là que nous avons pu échanger sur les meilleures manières de faire. Grace à une colonne de tamis de maillage de plus en plus fin, il est possible de catégoriser les morceaux de plastique en fonction de leur taille, couleur, nature. Les plus petits sont passés au microscope. Succès des protocoles, horreur des résultats ! Environ 50 fragments ont été comptabilisés dans chacun de nos échantillons, et ce sont environ 5 grammes de plastique que nous ingérons indirectement chaque semaine !

Cette expédition avait un sens particulier pour Watertrek : elle a permis à Séverine et Emmanuelle de poursuivre leur réflexion quant à la conception d’un filtre à microplastiques adaptable sur SUP. Les idées sont nombreuses, à suivre !

Articles relatifs

crossmenuchevron-down